Martin Eden – Jack London

31 March 2011  |  Ancient history

Il n’est pas possible de se dire adorateur de la littérature américaine si l’on n’a pas dans sa bibliothèque Martin Eden. Vingt ans avant ses confrères de la Lost Generation, Jack London a fourni à la littérature US l’une de ses plus belles perles : un roman moderne – alors qu’il est seulement publié en 1909 – et complexe qui porte sur la désillusion de l’amour, sur le désenchantement de l’ascenseur social (déjà) et sur une déception générale de la vie. J’appelle cela les “3Dé”, cette capacité à critiquer une société qui ne tourne pas rond en catalysant certains de ses problèmes non pas sur un groupe de gens, mais sur un seul individu. Incontestablement pour moi, il y a Gatsby, et il y a Martin. Amen.

Au début du XXe siècle, Martin Eden est un marin d’une vingtaine d’années qui ne possède pas grand chose, si ce n’est un mental d’acier et de gros bras, nécessaires lors qu’on vit dans un tel milieu. Au hasard d’une bagarre, il défend un jeune homme de bonne famille qui l’invite par la suite chez lui pour le remercier. Il y rencontre Ruth, la sœur de ce dernier, dont il va tomber éperdument amoureux. Pour la séduire, il va changer, se cultiver, avoir de l’ambition pour coller au mieux aux attentes mondaines et bourgeoises de la jeune femme. Il va devenir écrivain.

Ce qui rend le livre mythique, au-delà d’une plume sublime et d’un style auquel on ne peut rien reprocher, c’est que pour beaucoup, Martin, c’est Jack. D’ailleurs les éditions 10/18 jouent sur cette ambiguïté avec la couverture du livre sur laquelle on ne distingue pas au premier coup d’œil qui est l’auteur – Jack London ou Martin Eden ? -, les deux ayant la même police de caractères. Un lecteur non averti pourrait s’y méprendre. Ce mélange entre réalité et fiction est le mystère de ce livre.

Dans leur profil, les deux hommes sont très proches : aventurier baroudeur, une soif d’apprendre en autodidacte, un rejet du conformisme établi par les riches… Finalement, le livre reste une fiction, mais Jack London a certainement mis de lui dans ce personnage. L’amour, l’accès à la richesse et aux hautes sphères vont rendre Martin aveugle et vont lui faire manquer de clairvoyance dans les moments où il en aurait eu besoin.

Que dire de plus ? Difficile pour moi d’en faire une longue critique car je ne ferais que répéter que Martin Eden est génial sans savoir comment argumenter. Lisez-le, il n’y a que comme ça que vous comprendrez à quel point ce livre est extraordinaire.

-

Télécharger Martin Eden gratuitement en ebook (PDF)

-

Martin Eden 

Jack London

Editions 10/18, 447 pages

-

 

-



11 commentaires


  1. Bonjour,
    merci pour ce billet ! Je me suis empressée d’inscrire Martin Eden sur mes petits bouts de papier des livres à se procurer. London a écrit plein de choses, on ne connait rien de lui. Moi j’aime bien ces auteurs américains qui ont publié des recueils de nouvelles à tour de bras, et des romans, et tout, c’est souvent un plaisir à lire.

    • J’ai découvert il y a peu qu’il avait écrit Croc-blanc ! Shame on me, c’est à ce moment que je me suis rendue compte que je connaissais en effet peu de choses de cet écrivain. J’ai également beaucoup ces auteurs qui alternent nouvelles et romans.

  2. Quel beau billet passionné! Comme tu dis, en voyant ce billet dans mon reader j’ai cru qu’il s’agissait d’une biographie de Jack London Hum… ^^’
    Bref, je le note immédiatement!

    • Surtout, surtout ne lis pas le 4e de couverture car l’éditeur raconte la fin du livre !! Je me suis faite encore spoilée – je sais que je devrais jamais le lire, mais j’avais pas pu m’empêcher pour ce livre. L’édition chez 10/18 est tout de même un peu décevante car le texte est écrit en petit et bien concentré sur la page.

  3. Jack London est un auteur que je n’ai jamais tenté, malgré tout le bien que j’ai entendu sur lui… tu me donnes presque envie là. Malgré la fin de panne de lecture!

    • Je ne peux que te le conseiller, il est excellent mais peut-être un peu épais pour une reprise de lecture. Quoi qu’il en soit, j’espère que tu le liras un jour !

  4. Je n’ai lu que Croc-Blanc de lui mais vu ton billet dithyrambique (et l’association avec Gatsby), tu penses que je le note consciensieusement !!^^

    • Je pense qu’il va beaucoup te plaire, c’est dans la même veine que Gatsby. Il y a deux moments clés : quand il change pour cette femme, et quand il doute de son amour… Mais surtout, ne lis pas le quatrième de couverture, les éditions 18/18 racontent comment le livre finit. C’est d’ailleurs scandaleux !

  5. Exact, il faut lire ce livre ! Il aborde tellement de thèmes importants… Il contribue à l’ouverture d’esprit et au recul critique, c’est pourquoi il est tellement important de le lire, aujourd’hui encore.