L’Hôtel New Hampshire – John Irving

10 February 2011  |  Ancient history


L’Hôtel New Hampshire est le cinquième roman de John Irving publié aux États-Unis en 1981, et adapté au cinéma trois ans plus tard. Fidèle à lui-même, Irving y décrit la vie de personnages en pleine mutation sans qu’il n’y ait jamais vraiment d’histoire au sens premier du terme. Du pure bonheur en somme, malgré des évènements graves qui les marquent profondément.

Le récit est donc celui de John, Franny, Frank, Egg, Lilly (les enfants), Win, Mary (les parents), Freud (l’ami de la famille), Susie et Earl (les deux ours). Le narrateur, John, raconte simplement sa vie de famille dans une petite ville perdue au milieu du New Hampshire. Un jour, alors que l’école des filles de la ville ferme faute d’élèves, Win Berry décide de racheter la bâtisse pour en faire un hôtel : le premier Hôtel New Hampshire. La famille s’y installe quelques années, avant de déménager ensuite à Vienne pour y tenir un autre hôtel : le deuxième Hôtel New Hampshire. Un troisième Hôtel New Hampshire verra en suite le jour plus tard, mais c’est déjà plus que vous ne devez savoir.

Indéniablement, Irving reprend ici de nombreux thèmes abordés dans ses autres textes. Le  New Hampshire, déjà, état du nord-est des États-Unis dans lequel a grandi John Irving et qui est omniprésent dans tous ses romans. L’auteur décortique le passage de l’enfance à l’âge adulte à travers un panel de sentiments et d’émotions touchants.

Le sexe joue un rôle important dans le récit du fait de cette transition. L’adolescence est propice à ce genre de réflexion, et John, Frank et Franny ne dérogent pas à la règle. La prostitution est présente dans le récit, ainsi que l’identité sexuelle des personnages à travers des préférences hétéro et homosexuelles, un amour fraternel incestueux, et surtout le viol qui marquera à jamais la vie de cette fratrie. Comme à son habitude, Irving malmène ses personnages pour en tirer le meilleur et malgré la gravité du sujet, il est abordé avec insouciance et respect.

La notion de rêve est également importante. Pas étonnant alors de retrouver un personnage central du nom de Freud dans la belle ville de Vienne, d’où était originaire le psychanalyste du même nom. L’un de ses premiers travaux avait été la signification du rêve. Le rêve comme accomplissement du désir, c’est ce que va appliquer toute sa vie le père de famille, Win Berry, et va l’enseigner à ses enfants.

Si le lecteur peut moins aimer L’Hôtel New Hampshire qu’Une prière pour Owen ou Le Monde selon Garp en raison des thèmes abordés parfois difficiles, il n’en reste pas moins un très bon livre que je vous recommande fortement. Encore une fois, Irving nous raconte avec tellement de justesse des vies ordinaires (quoi que) qu’il est difficile d’imaginer qu’il a tout inventer. C’est tout le charme de cet écrivain.

-

L’Hôtel New Hampshire

John Irving

Points, 572 pages

-

-


19 commentaires


  1. Je me souviens l’avoir lu quand j’étais au lycée et avoir beaucoup aimé mais en te lisant je me rends compte que je ne m’en souviens plus du tout ;-)

    • Ça mériterait peut-être un rafraichissement alors :) C’est celui que j’ai le moins aimé des trois Irving que j’ai lus, mais il n’en reste pas moins très bien.

  2. oui, il y a des tas de livres que je me dis qu’il faudrait que je relise… et puis je repense à ceux que je n’ai pas encore lu …et j’abandonne cette idée! Ma mère qui a 74 ans a décidé qu’elle relisait tous ces livres avant de s’en débarrasser au fur et à mesure…je ferai peut-être ça à la retraite ;-)

    • Je dis ça, mais je ne suis pas fan de relecture. Peut-être que je ferai comme toi, attendre la retraite pour relire mes livres préférés :)

  3. C’est mon premier John Irving, dans lequel j’ai eu du mal à entrer ! C’est un auteur dont souvent, j’ai lu 50 pages, j’ai abandonné et j’y suis revenue. Et comme je sais que cela ma plaît ensuite, je n’ai pas peur de ces abandons ! J’ai lu ce livre il y a très longtemps et ton billet me rappelle des choses, quand même ! Preuve que c’est un auteur marquant. Moi non plus je ne suis pas fan de relecture, mais les blogs me rappellent parfois tant de choses que je me sens parfois tiraillée

    • Je comprends, puisque j’avais déjà fait une tentative avec ce livre il y a quelques années, puis je l’avais reposé, je ne devais pas être dans l’esprit pour le lire. Pour me souvenir en détail d’un livre et m’éviter de le relire, j’aime bien aussi lire son résumé et son analyse sur des sites litté, histoire de ne pas totalement l’oublier.

  4. c’est l’un des rares romans d’Irving que je n’ai pas encore lu !

    • Il m’en reste tellement à lire, moi ! D’ailleurs il faudrait que je réfléchisse à mon prochain Irving

  5. Le seul Irving que j’ai lu était “L’oeuvre de Dieu, la part du Diable”, lu au siècle dernier et dont je ne garde aucun souvenir :/
    Il faudrait sans doute que je m’y remette ;)

    • Si tu veux en lire un autre, je te conseille vivement Une prière pour Owen, c’est l’un de mes livres préférés.

  6. J’ai effectivement moins aimé que Garp, je n’ai pas tellement réussi à m’attacher aux personnages et j’ai quand même eu bcp de mal à entrer dans l’histoire! Mais bon ça ne m’a pas dégoutée d’Irving j’ai dans ma PAL une prière pour Owen et je compte bien me procurer son tout dernier! Il est passé à La grande librairie y a quelques semaines c’était intéressant.

    • Une prière pour Owen est simplement extraordinaire. C’est peut-être le seul livre que je pourrais relire indéfiniment. C’est un des mes livres préférés, je ne peux que te conseiller de le lire vite :)

  7. Tu prêches une convaincue ^^ Et comme toi il m’en reste pas mal à découvrir ;) Celui-là je ne l’ai pas lu mais lors de “La grande librairie” il y avait un extrait du film, avec Rob Lowe, acteur que je trouvais insipide quand j’étais jeune mais qui a bien vieilli (vu dans une série récemment, on ne dirait pas le même homme… et tant mieux ;p)
    Bon je m’éloigne de mon sujet là ^^’

    • Nonon, c’est tout à fait le sujet :) J’ai commencé à me faire une liste d’adaptations ciné à regarder, je vais l’appeler ma “ACAR”… Non je plaisante ^^ Blague à part, je suis partagée entre l’envie de lire tout Irving tout de suite ou me laisser déguster chaque livre en attendant le suivant.

  8. Ce sera mon prochain Irving je pense. Il faut absolument que tu lises le dernier. D’ailleurs mon billet de vendredi sera à la fois une participation à ton et à mon challenge!

    • Bon ok, tu m’as convaincue, j’achète le dernier Irving pendant mon prochain passage en librairie :) Je voulais attendre un peu mais sincèrement, je ne peux pas.