Dôme – Stephen King

21 June 2011  |  Ancient history

Après avoir tremblé en tournant les pages de Misery, je m’étais jurée de me pencher un peu plus sur l’œuvre de Stephen King à côté de laquelle j’étais passée plus jeune. Au même moment étaient publiés les deux tomes de son dernier livre, Dôme, et les critiques encensant le roman, je m’y suis donc lancée en toute confiance. Et c’est une grosse, grosse déception.

Pourtant, le début a tout pour plaire. On est accroché dès les premières pages par ce dôme qui apparait mystérieusement autour de la ville de Chester Mill dans le New Hampshire, en définissant parfaitement les contours. Stephen King maintient l’intérêt du lecteur en racontant comment les quelques milliers d’habitants de la ville découvrent l’existence de ce bouclier par le fait des quelques avions et voitures qui s’y écrasent comme si l’on foncerait dans une vitre que l’on n’aurait pas vue, causant ainsi les premiers morts du dôme. Car il n’est pas possible de traverser le dôme, aucune entrée et sortie n’est donc possible.

Le premier tome est en ce sens une présentation de l’évènement, permettant de présenter les personnages principaux et retraçant les premiers jours d’isolement. Mais avant même la fin, on sent qu’il faudra à l’histoire un bon coup de collier pour redonner de l’intérêt au lecteur. Stephen King se perd dans des anecdotes inintéressantes, avec des personnages dont l’importance dans le livre aurait dû se contenter à la figuration.

Le tome 2 n’est que la continuité de cette fin de tome 1 lancinante et peu intéressante. Le dôme passe en arrière-plan, les vieilles rancunes de voisinage donnant l’impression d’être en fait le sujet principal du livre. A Chester Mill, tout le monde ou presque se déteste, on a alors le droit à un complot pour faire porter le chapeau de quelques assassinats sur un innocent, une révélation sur un personnage véreux et influent de la ville qui pourrait changer la donne, et j’en passe ; des rebondissements qui sont déjà vus en somme. La fin laisse perplexe devant, là aussi, un cruel manque d’originalité.

Dôme n’est ni de l’horreur, ni du fantastique, et à voir le peu d’intérêt que présentent les nombreux évènements qui ne sont pas directement liés au dôme, ce choix n’a pas été très judicieux. D’autant qu’écrire les chroniques de la vie d’une communauté a déjà été fait par d’autres écrivains beaucoup plus talentueux dans ce registre que Stephen King.

Pour ma part, je reste convaincue qu’il est un excellent auteur qui doit seulement continuer à faire ce qu’il sait faire le mieux, nous angoisser, plutôt que de nous endormir.

-

Dôme 

Stephen King

Editions Albin Michel, 630 & 565 pages (deux tomes)

-

-


-


8 commentaires


  1. Moi, là où je dis chapeau, c’est que tu as persévéré malgré une sacré lassitude, si j’en crois les commentaires laissés sur la page FB !

    • Je l’ai lu jusqu’au bout parce que je n’arrête un livre entamé que si dès les premières pages, je m’ennuie. Là, j’ai accroché rapidement, mais la suite s’est révélée finalement peu lié au dôme en lui-même (pourquoi est-il là ? par exemple). Mais je continuerai Stephen King, j’avais adoré “Misery”

  2. Bon ba finalement ça m’intriguait de le voir en tête de classement tous les vendredi et je me disais qu’il fallait que je le lise, (et puis aussi parce que j’adore le présentoir, ouais ouais) mais au final je crois que je vais m’abstenir!

    • C’est exactement la raison pour laquelle je l’ai lu, parce qu’il était en tête tous les vendredi. Bbeaucoup de gens ont aimé, moi j’ai trouvé que le sujet du dôme en lui-même était assez mal traité – et c’est ce qui m’intéressait le plus.

  3. Sachant que je n’ai jamais lu King, je me suis mise dans l’esprit de commencer avec des titres plus anciens… Je vais me tenir à mon idée, donc.

    • “Misery” est parfait en mise-en-bouche, je te le conseille. En plus il n’est pas trop gros, il se lit du coup très vite

  4. ouh là … tu n’as vraiment pas aimé dis donc !
    Bizarrement, c’est le côté “analyse sociale d’une ville en plein chaos” qui m’a le plus séduite, contrairement à toi.
    J’ai bien apprécié cette lecture pour ma part, et j’ai lu les 2 tomes en quelques jours, complétement happée par l’histoire, et attachée aux personnages (bons ou odieux).
    Le second tome est plus faible que le premier et l’explication du mystère est très convenue et décevante, certes, mais j’ai trouvé les 300 dernières pages addictives et émouvantes.

  5. Oula, je pense que je vais m’abstenir ;) J’ai “Danse macabre” qui traîne quelque part dans ma bibliothèque et “Misery” qui rejoindra ma PAL un de ces jours ;)